Category: Actualités

« L’important pour nous était d’employer des personnes avec un bon état d’esprit »

darty

Béatrice D’hoohge, directrice du centre d’appels de Darty à Bègles n’est pas déçue de la démarche qu’elle a entreprise avec le Service Emploi de Bègles : « L’important pour nous, c’était de recruter avant tout des personnes ayant un bon état d’esprit, une sociabilité, une facilité d’adaptation rapide avec l’objectif de maintenir une équipe sur du long terme ».

En 2013, la cellule d’achats par téléphone de l’enseigne Darty basée à Bègles avait un grand besoin en recrutement afin de de constituer une large équipe de vendeurs. « Nous recherchions principalement des assistants commerciaux pour réaliser des opérations de vente, de conseils mais aussi de l’accompagnement d’achat. Nous nous sommes tournés vers la Mairie de Bègles et le Service Emploi qui ont mobilisé le PLIE des Graves pour nous mettre en relation avec des demandeurs d’emploi », ajoute Béatrice D’hoohge.

Les référents du PLIE des Graves ont ainsi positionné certains de leurs participants sur l’offre, répondant aux besoins de l’entreprise mais aussi, en fonction de leur projet professionnel originel. Laetitia Goffre, référente, a ainsi présenté l’offre d’emploi à Pascale, ancienne assistante commerciale.

« Pascale est arrivée au PLIE des Graves en mai 2013. C’est une dame qui avait longtemps travaillé dans l’assistanat commercial. Après plusieurs prises de poste sans perennisation, nous lui avons proposé l’offre de Darty à l’automne 2013 », explique Laetitia.

Durant sa participation au dispositif, Pascale a profité de plusieurs formations au PLIE avant de se positionner sur Darty qui l’a embauchée dès l’automne 2013. « J’ai commencé par un CDD au sein de Darty, qui s’est transformé en CDI en janvier dernier, en tant que téléconseillère commerciale et vente » explique Pascale. Grâce à cette opportunité, cette participante a pu sortir du dispositif positivement, bien qu’elle soit toujours en relation : «  J’ai vraiment été bien suivie, conseillée. Aujourd’hui encore, je suis en contact avec le PLIE, ce qui me rassure ».

La mise en relation a ainsi contribué à un résultat positif tant pour la participante que pour l’entreprise.

«L’avantage du PLIE c’est qu’il y a une personnalisation, une proximité, dans les relations avec les entreprises. Les demandeurs d’emploi ont aussi tout intérêt à s’y rapprocher dans leurs démarches de recherche d’emploi étant donné l’importance de l’accompagnement qu’ils semblent bénéficier. Je pense que si nous éprouvions un autre besoin en recrutement, nous ferons la même démarche » conclue Béatrice D’hoohge.

Recruter sans CV, un restaurant béglais l’a fait !

Eric Girardeau, Café Comptoir de Bègles

La méthode IOD est utilisée au PLIE des Graves depuis le début de l’année 2014. Ce procédé né dans les années 1980 permet un vrai travail de mise en relation entre un public d’insertion et les recruteurs. Les chargés de relations-entreprises proposent ainsi aux entreprises de rencontrer un candidat, sans avoir eu connaissance du CV au préalable. La valeur ajoutée de cette stratégie s’inscrit dans la pré-sélection qui est faite en amont de la mise en relation.

« Aujourd’hui, nous constatons que la demande d’emploi est parfois éloignée des attentes des recruteurs. L’intérêt d’utiliser une telle méthode est véritablement de rapprocher des personnes sans qualifications prérequises à des offres d’emploi » explique Eva Godyn, chargée de relations-entreprises au PLIE des Graves. Cet outil repose avant tout sur une négociation avec l’entreprise afin de rendre l’offre d’emploi plus accessible.

L’organisme de formation Transfer agit auprès d’institutions oeuvrant pour l’emploi en les accompagnant vers cette méthodologie. « Nous délivrons une caisse à outils qui permet aux agents d’appréhender le terrain. Cela répond également aux préoccupation des entreprises.L’intérêt pour elles est de trouver une personne opérationnelle très vite » explique Eric Leveau, formateur.

Le Café Comptoir de Bègles a ainsi fait l’expérience de ce type de recrutement en octobre dernier. Ce restaurant ouvert depuis août 2013 avait exprimé un besoin d’embaucher en septembre à la suite d’un départ. « Nous avions rencontré Eva Godyn dès notre installation sur Bègles en 2013 et lorsqu’il nous a fallu engager quelqu’un, nous nous sommes tournés vers le PLIE des Graves. Notre objectif était de recruter quelqu’un issu de la commune et c’est ce qui s’est passé puisque grâce au dispositif nous avons trouvé une béglaise » raconte Eric Girardeau, co-gérant du Café avec son épouse.

Eva Godyn a proposé la méthode IOD aux gérants du restaurant. Bien qu’ils ne connaissaient pas ce type d’approche, cela a porté ses fruits comme le relate Eric Girardeau: « Une relation de confiance s’est très vite installée entre Eva et nous. Nous lui avons fait un descriptif précis du poste. Nous n’avions pas besoin d’une personne hautement qualifiée en cuisine mais plus quelqu’un de motivé, avec du potentiel. Nous avons été séduit par la méthode proposée et avons laissé Eva nous mettre en relation avec les postulants dont nous n’avions pas le CV ». Après avoir bien cerné le poste et les attentes du recruteur, Eva a présenté Carole, sans diffuser son CV.

Au jour d’aujourd’hui, Eric Girardeau et son épouse sont très satisfaits de Carole et de son travail ainsi que du PLIE des Graves : « Grâce à la présentation du PLIE qu’Eva nous a faite, nous avons pris connaissance de cette implication locale qui donne la primeur aux gens éloignés de l’emploi et issus du territoire. Il y a aussi eu un accompagnement et un suivi. Tout cela est important car après la rencontre et la prise de poste de Carole, nous sommes restés en contact avec Eva Godyn afin de la tenir informée sur comment cela se passait. Je pense d’ailleurs que cela rassure à la fois l’employeur et l’employé ».

Aujourd’hui, le PLIE des Graves emploie souvent cette méthode dotée de nombreux points positifs comme avancés par Eva Godyn : « L’accès aux postes devient moins sélectives pour les personnes. Au sein du PLIE, nous accompagnons tant les demandeurs d’emploi que les recruteurs dans cette démarche ».

ALIFS : cap sur 2015 !

alifs

L’association ALIFS (Association Lien Culturel Familial et Social) oeuvrant pour la lutte contre les discriminations anime un réseau de partenaires engagés depuis le printemps dernier. Après trois grandes actions réalisées cette année, ALIFS poursuivra ses missions en 2015.

 

Dans son travail quotidien, l’association ALIFS mène des actions sociales et culturelles. Association ressource, elle est actrice du développement de la médiation interculturelle dans l’agglomération bordelaise et dans d’autres communes girondines.

Avec l’association A.DE.L.E., elle intervient sur des problématiques liées à l’emploi : « Nous intervenons véritablement sur la formation du personnel et des chargés de relations-entreprises concernant la légalité française au sujet des offres d’emploi. Nous informons les agents sur la réaction, le positionnement et les sanctions éventuelles à prendre face à des employeurs qui peuvent discriminer certaines populations dans leur démarche de recrutement » explique Aurélie Chort, médiatrice.

En 2014, une première action du partenariat entre les différents acteurs a permis à des élèves de troisième du collège Berthelot de Bègles d’être mis en relation avec des entreprises issues du club B3E dans le cadre de leur recherche de stage d’observation.

« Nous avons également donné une formation en interne à la MDSI (Maison Départementale de la Solidarité et de l’Insertion) sur la discrimination dans le logement. Cela a principalement concerné les assistants sociaux qui peuvent être confrontés à ce genre de problématiques. » raconte Aurélie.

En 2015, ALIFS poursuivra ses actions. Avec l’association A.DE.L.E, elle continuera d’organiser des rencontres et de répondre aux besoins exprimés par les différents partenaires de la structure béglaise.

Aquitanis met en place une clause d’insertion

AQUITANIS

La clause d’insertion est une véritable opportunité pour les entreprises de s’inscrire dans une logique de développement territorial en privilégiant une économie solidaire. Aquitanis, office public de l’habitat de la CUB a intégré des heures d’insertion dans ses projets de construction et d’aménagement prévus à Bègles.

Aquitanis vient d’entamer le projet de construction et d’aménagement sur la Zone d’Aménagement concertée (ZAC) des Sécheries à Bègles et prévoit la construction de la Résidence Arborea sur la commune. Sur ces deux chantiers, des heures d’insertion sont mises en place. « Sur la ZAC, 3 400 heures d’insertion sont prévues et 1 000 heures sur la résidence Arborea. Axanis, filiale accession à la propriété du groupe Aquitanis prévoit aussi de construire une résidence en habitat participatif, La Ruche, où des heures d’insertion seront également programmées » explique Elisabeth Abrivat, chargée de la mission clause sociale au sein d’A.DE.L.E.

L’association A.DE.L.E. est mandatée par AQUITANIS pour veiller au respect des engagements et accompagner les entreprises attributaires sur ces chantiers : « Dans le cadre du projet, A.DE.L.E. a signé une convention avec Aquitanis ayant pour objet deux types d’actions mener des actions expérimentales avec des structures et des partenaires de l’insertion professionnelle d’une part et assurer un relais territorial pour la mise en œuvre de la clause d’insertion sur les chantiers de construction d’autre part » ajoute Elisabeth Abrivat.

Si la ville de Bègles a fait preuve d’exemplarité avec l’insertion de clauses dans ses marchés publics, elle œuvre également depuis 10 ans pour la diffusion de ce dispositif que l’on retrouve aujourd’hui dans certains marchés de la Communauté de Communes de Montesquieu, de la CUB, du Conseil Régional Aquitaine, du Conseil Général de la Gironde et de bailleurs sociaux comme Aquitanis, Domofrance, Villogia (ex SAEMCIB ou Logevie).

« Le retour à l’emploi des personnes ? Cela leur tient vraiment à cœur ! »

CCM

Léognanaise depuis deux ans, Sandrine a retrouvé du travail quelques mois après la fin de son congè maternité à Saint Médard d’Eyrans. Accompagnée par la Communauté de Communes de Montesquieu (CCM) depuis mai 2014, la jeune femme est aujourd’hui agent logistique pour un site de vente de produits de parapharmacie sur Internet.

Titulaire d’un BAC professionnel en secrétariat, Sandrine, ancienne savoyarde, a un profil d’assistante polyvalente : « Avant, j’ai travaillé en tant que saisonnières dans des usines agroalimentaires, dans les champs, en tant que ménagère… J’ai un peu tout fait. J’ai aussi voulu monter un commerce de vidéo mais j’ai rencontré des difficultés suite à la montée d’Internet, grand concurrent » raconte Sandrine.

Après un congès maternité, Sandrine a entrepris une recherche d’emploi autour de Léognan, où elle réside : « Je me suis présentée à Pôle Emploi au début. Puis, grâce au magazine de la Communauté de Communes de Montesquieu (L’Esprit Communautaire) j’ai pris connaissance du dispositif du PLIE des Graves. Je suis allée à une réunion d’informations puis j’ai rencontré Laetitia Goffre qui m’a suivie dans mes démarches ».

Fin novembre, Sandrine s’est présentée lors d’un entretien d’embauche dans une société de vente de produits de parapharmacie sur Internet basée à Saint Médard d’Eyrans. : « Le soir-même de l’entretien, l’entreprise m’a rappelée pour me dire qu’elle était très intéressée. J’ai donc commencé à travailler début décembre sous contrat à durée déterminée de deux mois renouvelables » raconte Sandrine.

Aujourd’hui, la jeune recrutée est toujours suivie. Ravie de l’accompagnement personnalisé dont elle a pu profiter, Sandrine recommande à toute personne répondant aux critères de participation au dispositif de venir s’y inscrire : « Le personnel du PLIE des Graves et de la CCM est très impliqué. On voit que cela leur tient à cœur. Même si je suis en poste, je continue d’être suivie, d’être en contact avec ma référente Laetitia, en l’informant sur mes conditions de travail. Les agents du PLIE et de la CCM se tiennent vraiment disponibles pour toute question et c’est vraiment appréciable. J’encourage vivement les gens à venir s’informer sur le dispositif et à y adhérer ».

Souhaitons à Sandrine une très bonne continuation dans son parcours professionnel.

La Cité Numérique de Bègles

Cité Num

En septembre dernier, le Club des entreprises B3E et le Service Emploi de Bègles ont co-organisé un petit-déjeuner à la Cité Numérique. « Nous avons voulu souhaiter la bienvenue aux start-ups implantées en leur présentant le quartier, l’environnement, dans l’optique de les intégrer sur le territoire » raconte Nathalie Anquetil, en charge du Service Emploi.

De cette manière, le Service Emploi et B3E se positionnent en tant que futurs partenaires de ces nouvelles entreprises afin de les accompagner dans leurs éventuels besoins en recrutement.

Ça recrute !

arcins

Le PLIE des Graves poursuit ses efforts dans le positionnement de leurs participants. En cette fin d’année 2014, on a dénombré 63 participants en poste au sein de structures d’insertion.

Arcins Environnement Service, structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) a employé 27 participants du PLIE des Graves. Arcins Entreprise, spécialisée dans les espaces verts, a accueilli 5 personnes.

L’atelier Chantier d’Insertion Fil de Faire a employé quant à lui 2 personnes. Enfin, l’association REAGIR qui œuvre dans la réalisation de travaux manuels dans les espaces verts et l’entretien, a accueilli 29 personnes en poste.

Des partenaires engagés sur la formation

Zoom sur partenaires

Grâce à des partenariats de qualité menés avec des organismes oeuvrant pour l’insertion et la formation, les participants du PLIE des Graves peuvent profiter d’ateliers ou d’entretiens individuels avec des consultants-formateurs missionnés pour les aider à mettre en avant la construction et/ou la consolidation de leur projet professionnel. Zoom sur trois organismes et leurs actions.

Les participants du PLIE des Graves peuvent assister à des sessions de formations organisées par des partenaires de qualité.
Techniques de recherche d’emploi, coaching ou consolidation du projet professionnel sont les ateliers proposés respectivement par Axe et Cible, INGEUS et l’INSUP.

  • Axe et Cible

Axe et Cible propose des ateliers permanents de Techniques de recherche d’emploi au PLIE des Graves. Ce cabinet spécialisé sur l’insertion et l’orientation professionnelle délivre une véritable action de service à hauteur de 3 ateliers par semaine jusqu’au 19 décembre prochain.

Carine Desprez, chargée de mission au sein d’Axe et Cible, détaille les ateliers proposés : « Nous travaillons autour de demandes immédiates. Les participants sont motivés à l’idée de rédiger une lettre de motivation, un CV, de consolider leur espace candidat sur le site du Pôle Emploi, ou à la préparation aux entretiens d’embauche. Notre mission est ainsi de les guider dans ces démarches ».

Cette formation multithèmes a pour objectif de délivrer toutes les méthodes dans la recherche d’emploi : le ciblage, la candidature, les relances, la présentation. « Les formations se déroulent selon trois temps. Nous commençons l’atelier par prendre connaissance des besoins individuels des personnes, nous faisons travailler autour des thématiques demandées et nous évaluons les résultats, afin de voir si les objectifs poursuivis par les candidats ont été atteints, pour analyser l’avancement des progrès des candidats », poursuit Carine Desprez.

Axe et Cible organise ses ateliers au BT Emploi (hors période de vacances scolaires) tous les

  • lundis à 14h
  • mercredis à 9h
  • vendredis à 9h
  • INGEUS

Les participants du PLIE ont également l’opportunité de profiter de la formation « Coaching individuel vers l’emploi ». Dispensée par INGEUS, organisme spécialisé dans les transitions professionnelles, elle a pour mission d’accélérer le retour à l’emploi des personnes.

« Notre rôle est d’accompagner les personnes en recherche d’emploi ou en transition professionnelle quelque soit leur statut ou leur parcours. Les objectifs encourrus sont l’accompagnement individuel, la mise en action de cette prise de contact et le retour à l’emploi des personnes que nous suivons », nous explique Isabelle Brochu, responsable du secteur Sud Ouest d’INGEUS.

Au sein du PLIE des Graves, une véritable action de coaching est proposée aux participants. Isabelle Brochu poursuit : « Nous basons notre travail selon les profils et les besoins des personnes. La mission que nous effectuons au PLIE des Graves est véritablement de ‘booster’ le retour à l’emploi des gens. Les entretiens individuels s’étalent sur 3 mois pendant lesquels on va résoudre les problèmes de chacun ».

INGEUS va dispenser des formations autour de la méthodologie technique en recherche d’emploi – rédaction de lettre de motivation et du CV -, de la préparation des entretiens d’embauche et du suivi des démarches de candidatures en accompagnant les personnes sur les relances éventuelles à opérer dans le cadre d’une candidature.

L’organisme agit en complément direct avec les actions du PLIE des Graves comme le souligne Isabelle Brochu : « Nous travaillons pour un public qui dispose d’un projet professionnel. Notre but est d’accélérer l’accès à l’emploi. Ainsi, nous intervenons sur toutes les méthodes de réinsertion ».

Les entretiens ont commencé et vont se profiler jusqu’à la fin décembre.

Portrait de Sophia, 33 ans, de Bègles qui a bénéficié d’un accompagnement avec INGEUS

Sophia, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Je suis titulaire d’un DEUG en Arts du Spectacle que j’ai obtenu dans une Université de Lettres. J’ai commencé à travaillé dans le domaine de l’audiovisuel en tant que chargée de production. Puis, j’ai créé ma propre entreprise que j’ai gérée durant 3 ans.
A cause de problèmes personnels, j’ai dû fermer mon entreprise et j’ai décidé de changer de secteur d’activité. Avec deux enfants à charge, c’était plus facile pour moi.

Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui ?
J’ai toujours eu de l’intérêt pour le social, pour ce contact avec les gens. Depuis un an, je suis agent d’accueil et d’accompagnement au Centre d’acceuil urgence Leydet en CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi) à mi-temps.
Et aujourd’hui, grâce au PLIE des Graves et à l’accompagnement dont je profite avec INGEUS notamment, je prépare activement les concours d’entrée pour l’IRTS (Institut Régional du Travail Social) qui auront lieu en 2015.

Comment êtes-vous arrivée au PLIE des Graves et quelle a été la démarche que vous avez entreprise avec INGEUS ?
Lorsque j’ai passé la porte du PLIE des Graves en 2013, j’étais bénéficiaire du RSA. J’avais cette volonté de me former et d’être accompagnée dans mon orientation professionnelle.
Je participe aujourd’hui aux ateliers de coaching d’INGEUS. Au départ, c’était pour trouver un autre emploi à mi-temps. Aujourd’hui, avec ma référente d’INGEUS, je prépare mes concours. Elle m’accompagne dans mon parcours de formation, m’a aidée à trouver des financements aussi… Il y a vraiment une cohérence avec le projet que je veux faire, donc c’est que du positif pour moi. Le fait d’être accompagnée par une personne d’INGEUS a permis de booster ma préparation des concours. J’ai des rendez-vous très souvent, et je remarque que grâce à ces entretiens, mon projet prend vraiment forme. On m’a mis le pied à l’étrier, on m’encourage… c’est motivant.

Si vous aviez un conseil à donner à d’autres qui hésitent à franchir le pas, vous leurs diriez quoi ?
Il ne faut pas hésiter. On est très bien accompagné. Il y a vraiment ce côté « personnalisé » dans les contacts qu’on a avec les référents, issus du PLIE des Graves ou issus d’INGEUS. On peut profiter de contacts facilités avec les entreprises aussi, et c’est très important. Mais par contre, il faut s’impliquer. C’est à nous de montrer notre volonté avant tout.

Vous vous voyez comment dans le futur ?
Je voudrais déjà trouver un stage en entreprise afin de valider mon projet professionnel, me confronter à la réalité. Et bien entendu, être diplômée dans l’école que je souhaite pour m’épanouir dans ma carrière professionnelle.

A suivre donc…

  • INSUP

L’INSUP, organisme de formation couvrant le grand Sud-Ouest propose des ateliers autour de l’élaboration et de l’affinage du projet professionnel au sein du PLIE des Graves, mais aussi de la remise à niveau dans divers domaines (français, mathématiques,…).

Ce partenaire permet aux participants de profiter d’actions individuelles et personnalisées. Les candidats prescrits par les référents du PLIE des Graves s’entretiennent tous les 15 jours avec un formateur qui va les accompagner individuellement dans la mise en forme et la consolidation de leur projet professionnel.

« Nous intervenons avec un objectif double pour les participants. Soit nous travaillons autour de l’élaboration du projet professionnel pour les personnes n’ayant aucune idée de ce qu’ils pourraient faire. Soit nous accompagnons les participants vers la validation de leur projet professionnel suite à une idée qu’ils ont déjà. Nous vérifions la faisabilité du projet en prenant en compte plusieurs indicateurs qui peuvent favoriser ou au contraire, freiner les idées de projets des personnes », nous explique Liliane Planton, formatrice.

Certains participants ont été ralentis par des obstacles qui se sont dressés sur leur chemin professionnel comme en conclut Liliane Planton :  « Les personnes que nous recevons ont rencontré des difficultés dans leur vie professionnelle : problèmes de santé, de mobilité, financiers… Nous faisons un grand travail sur la confiance en soi avec l’objectif que ces personnes redeviennent autonomes face à l’emploi et à leur réinsertion. Notre mission au quotidien est de favoriser leur sortie ».

Portrait d’Audrey, 33 ans, de Léognan qui a bénéficié d’un accompagnement avec l’INSUP de Bègles

Audrey, quel a été votre parcours jusqu’à maintenant ?
Titulaire d’un Master en Statistiques, obtenu en 2005, j’ai travaillé dans les secteurs de la santé, de la banque. Je me suis rendue compte, au fur et à mesure que rester devant un écran toute la journée, dans un bureau, immobile, ce n’était pas pour moi, ça ne me convenait pas. J’avais besoin d’apprendre de nouvelles choses et ce que je faisais tous les jours était répétitif.
J’ai voulu changer de voie, mais ce n’est pas facile de repartir à zéro. On a du mal à accepter le fait qu’il faille recommencer, se reformer. Avec mon Bac + 5, la fierté en prend un coup, mais il le fallait si je voulais m’épanouir.

Qu’avez-vous fait ?
En 2010, je suis partie à Montréal pour voir s’il y avait des opportunités professionnelles qui pouvaient s’ouvrir à moi. Ce fut un temps de réflexion. J’ai acquis de l’expérience dans la vente et le commerce et ça m’a beaucoup plu. Cette ouverture aux autres, ce contact avec les gens, les clients, bien que différent de ce que j’avais connu jusqu’alors, c’était plus enrichissant. J’ai dû travailler sur ma timidité car il fallait que j’aille vers les gens. C’était un peu comme une thérapie en fait.
Concernant mes intérêts personnels, j’ai toujours aimé bouger, voyager. J’aime découvrir les patrimoines culturels et naturels. Et du coup, j’aimerais faire de mes passions mon métier.

Quel rôle a pris le PLIE des Graves et plus précisément l’INSUP dans votre projet professionnel ?
D’abord, j’ai commencé à faire des enquêtes métiers dans le domaine du tourisme. Je me suis rendue dans des agences de voyages par exemple où j’ai questionné les gens sur leur métier.Puis, je suis entrée au PLIE des Graves au printemps dernier. Grâce à la structure, j’ai pu faire deux stages cet été ; l’un dans l’animation jeunesse et l’autre dans une agence de voyages.
Au PLIE des Graves, j’ai pu profiter de logiciels informatiques qui permettent de se tester sur ses appétences professionnelles. Tout ce que je renseignais faisait remonter les métiers du tourisme. C’était ce que je voulais faire au départ, et cela s’est confirmé.
J’avais éprouvé des difficultés dans la définition de mon projet professionnel. C’était pas clair et ça se voyait sur mon CV. Bien que très divers, mon parcours a pu susciter des interrogations au sujet de mes envies professionnelles chez les employeurs. Du coup, grâce à l’INSUP, j’ai vraiment pu prendre du recul sur moi, me ralentir un peu, évaluer mon parcours et m’orienter efficacement.
Le rythme des rendez-vous individuels m’a permis de me poser et de réfléchir sur mon profil, de prendre le temps. Je crois que sans cet accompagnement, j’aurais mis plus de temps à trouver ma voie.

Et aujourd’hui, que devenez-vous et comment vous voyez-vous demain ?
Je suis toujours suivie par l’INSUP. Je dois passer un test d’entrée pour entamer une formation professionnelle qui me correspond, et je suis vraiment contente.
Demain ? Le métier de chargée de promotion touristique semble me correspondre amplement…

A suivre donc…

Rendez-vous au BT Emploi pour des informations collectives :

  • le jeudi 16 octobre à 9h
  • le jeudi 30 octobre à 9h

L’atelier est organisé jusqu’au 31 décembre 2014.

La ville de Bègles et le Club d’entreprises B3E s’unissent pour le meilleur

Convention

Créé en 2003, le Club des entreprises et la ville de Bègles vont formaliser leur partenariat d’ici la mi-octobre, par la signature d’une Convention.

L’objectif est de valoriser le Club et ses actions pour fédérer les entreprises et pérenniser la dynamique de l’économie locale. Baptisé « B3E » pour « Bègles, Entreprendre pour l’Economie et l’Emploi », la collectivité et B3E travaillent main dans la main pour favoriser l’emploi local à travers le partenariat avec A.DE.L.E. dans le cadre du Service Emploi et des actions du PLIE des Graves.

Le partenariat avec la ville s’illustre notamment par l’ouverture en janvier dernier du Portail Economique.

B3E organise entre autres, diverses manifestations mensuelles sous forme de petit-déjeuners business, matinées ou soirées d’information à destination des entreprises.

Un petit-déjeuner a d’ailleurs été co-organisé par B3E, le Service Emploi et la Ville de Bègles à la Cité Numérique le 26 septembre dernier. Une présentation commune a été faite aux nouvelles structures qui s’y sont implantées, afin de soutenir leur intégration au territoire économique et répondre aux éventuels besoins en recrutement.

La prochaine Matinée Entreprises de B3E en partenariat avec la CCI de Bordeaux est d’ailleurs prévue le 16 octobre prochain sur la théme de la « Concurrence et la veille internet ».

Plus d’infos :

 

Bilan sur les recrutements réalisés dans les établissements scolaires de la ville

Collège pablo

Le Service Emploi et le PLIE des Graves poursuivent leurs efforts dans le déploiement de partenariats avec des établissements scolaires de Bègles.

Le collège Pablo Neruda a récemment recruté un candidat du PLIE des Graves en qualité d’agent administratif. Quant à l’école Sainte Marie de la Ferrade, elle a embauché 3 personnes dont 1 issue du PLIE en qualité d’agent de maintenance.

Le PLIE des Graves et le Service Emploi continuent la mise en œuvre de partenariats avec des établissements scolaires, avec notamment le lycée professionnel Emile Combes et le collège Marcellin Berthelot, l’objectif étant de favoriser l’insertion professionnelle des béglais sur le territoire.