Café de la route - Café de l'emploi

Le Café de la Route a accueilli le Café de l’Emploi.

Le 10 avril 2019, le Café de la Route, lieu de vie et de rencontres situé aux portes de Villenave d’Ornon, a accuelli le Café de l’emploi, événement co-organisé par l’association A.DE.L.E. et Pôle Emploi. Au total, près d’une cinquantaine […]

Bordeaux Euratlantique

Bordeaux-Euratlantique : premier bilan sur les recrutements.

Bordeaux-Euratlantique est l’une des plus vastes opérations d’aménagement de France avec plus de 730 ha sur les communes de Bordeaux, Bègles et Floirac. Opération d’intérêt national (OIN), elle est menée par l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Bordeaux-Euratlantique, créé en 2010. Depuis le 1er août 2018, […]

Signature Domofrance - ADELE

Domofrance : signature d’une convention en faveur de l’insertion sociale et professionnelle.

Une convention sur les clauses d’insertion entre Domofrance et l’association A.DE.L.E. a été signée le vendredi 17 mai 2019 en présence de Clément Rossignol, Maire de Bègles, Aurélien Desbats, Président d’A.DE.L.E. et Adjoint au Maire de Bègles, Christian Tamarelle, Vice-président […]

Carrefour - temoignage

Un parcours relancé grâce à un acteur économique local : le témoignage de Marie-Céline.

À 60 ans, Marie-Céline a décidé de se réorienter professionnellement. Dans l’incapacité d’exercer certains métiers en raison d’un accident du travail survenu dans le passé, elle aborde un nouveau projet professionnel, pas si inconnu que cela. « Marie-Céline avait pour objectif […]

Témoignage - agent de valorisation des déchets

Une envie de grand air après un isolement social : le témoignage de Laurence.

« Lorsque je suis arrivée au PLIE des Graves, j’ai tout de suite été écoutée. Doucement, mais sûrement, j’ai repris confiance en moi et repris ma vie en main », déclare Laurence. Cette cinquantenaire motivée a repris goût à la vie réelle […]

 

En 2017, l’équipe du PLIE des Graves se présente ! (4/4)

Portrait PLIE des Graves

En 2017, chaque membre de l’équipe du PLIE se présente à vous !

Après l’équipe de mobilisation des employeurs, l’ensemble des référentes du PLIE des Graves (partie 1 et partie 2), découvrez les portraits de l’équipe administrative de l’association A.DE.L.E.
______

Mathilde Tauzin, assistante administrative

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

J’ai suivi dans un premier temps des études scientifiques spécialisées en biologie au lycée, puis j’ai poursuivi en faculté avant de décider de me réorienter vers un autre cursus de formation.

J’ai participé au programme « Sport emploi » (appelé aujourd’hui « Pass’sport ») qui m’a permis d’intégrer la prépa aux D.U.T. de l’I.U.T. Bordeaux Montesquieu. Cela a été un véritable tremplin pour me réorienter vers des études en gestion.

Depuis, je suis titulaire d’une Licence professionnelle en Gestion et administration du personnel. J’ai essentiellement travaillé en tant qu’assistante Ressources Humaines au sein de structures privées et publiques.

En décembre 2013, j’ai eu l’opportunité de travailler dans le domaine de l’insertion professionnelle en intégrant l’équipe d’A.DE.L.E. sur le poste d’assistante au dispositif P.L.I.E. sur le volet coordination, animation territoriale et ingénierie. L’insertion et les ressources humaines étant des fonctions qui se rejoignent, je me suis sentie à l’aise dans ce métier.

Pouvez-vous nous détailler votre métier ?

Je travaille à plein temps pour le dispositif du P.L.I.E.

Mon poste jongle entre le volet technique et administratif et le volet coordination. J’effectue à la fois un travail de veille, de contrôle et de reporting de données ainsi qu’un travail de coordination avec divers interlocuteurs dans le cadre du protocole d’accord et des conventions prestataires. Je suis essentiellement en lien avec Caroline Joandet, directrice d’A.DE.L.E, les assistantes administratives, Abda Kaci, et Nathalie Bertrand ainsi que toutes les référentes P.L.I.E. dans le cadre de mes missions.

Je visualise mon poste au centre d’une collaboration inter-partenariale principalement en interne avec les structures supports du P.L.I.E. mais aussi en externe avec certains partenaires du dispositif.

Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ? Quelle est votre motivation ?

J’apprécie particulièrement mon environnement de travail. J’ai beaucoup de plaisir à échanger avec l’équipe d’A.DE.L.E. et du P.L.I.E. plus largement.

J’aime contribuer à la dynamique du dispositif et voir un sens dans mes fonctions.

Je me reconnais dans les valeurs du domaine de l’insertion qui sont à mon sens la bienveillance et l’entraide. 

______

 

Abda Kaci, assistante administrative

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Après l’obtention d’un Master I en Droit social et un congé parental, une opportunité m’a conduite au sein de l’association A.DE.L.E. Cela a été un grand enthousiasme pour moi que d’intégrer cette association située au cœur d’un quartier dans lequel j’ai grandi.

Voilà maintenant près de 5 ans que j’occupe le poste d’assistante administrative au sein d’A.DE.L.E. et j’y ai gardé le même enthousiasme !

Pouvez-vous nous détailler votre métier ?

Mes missions sont ciblées sur la relation avec les entreprises. J’assiste sur le plan administratif et technique les chargées de relations-entreprises du PLIE et participe à la coordination et le suivi des actions mises en œuvre pour les participants en lien avec les chargées de missions, les employeurs et les partenaires du territoire. Outre le travail administratif, les contacts et échanges quotidiens avec ces différents interlocuteurs ont une place importante et apportent une dimension très humaine à mes missions.

Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ? Quelle est votre motivation ?

Travailler au sein d’une structure qui œuvre pour l’insertion professionnelle des personnes les plus éloignées de l’emploi me motive et donne du sens à mon travail. Les missions de l’association A.DE.L.E., les contacts avec les différents collaborateurs et partenaires et surtout le travail d’équipe, sont toutes ces bonnes raisons qui me font me lever le matin.

J’ajouterai que le travail mené dans le cadre de mes missions et toutes ces relations du quotidien m’ont apporté beaucoup tant sur le plan des compétences que sur le plan humain.

________

Nathalie Anquetil, responsable du Service Emploi de la ville de Bègles

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Après un parcours de direction de magasin chez Décathlon, j’ai intégré les services « ressources humaines » et formation de l’enseigne afin piloter les ouvertures de magasins à l international. Cela a duré 10 ans.

Par la suite, j’ai travaillé en tant que consultante RH dans le recrutement et la formation.

J’ai suivi une formation généraliste à l’Université ; je suis titulaire d’une maitrise d’administration économique et sociale et ‘un master BEM en management et RH.

Pouvez-vous nous détailler votre métier ?

Ma mission est d’accueillir et conseiller les habitants de la commune de Bègles sur toutes les questions relatives à l’emploi et à la formation.

Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ? Quelle est votre motivation ?

Etre utile et faciliter l’emploi.

____________

Nathalie Bertrand, assistante administrative à la Communauté de Communes de Montesquieu

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Je suis à la Communauté de Communes de Montesquieu depuis 2010. J’ai débuté au sein de la structure en tant qu’animatrice dans une crèche jusqu’en 2014. Depuis, j’ai été reclassée au sein du service Emploi/Solidarité.

Pouvez vous détailler votre métier ?

Je travaille au service Emploi/Solidarité de la Communauté de Communes de Montesquieu et pour le dispositif du P.L.I.E. Au quotidien, je suis en charge du standard téléphonique où j’accueille et renseigne, transmets les appels téléphoniques et prends les rendez-vous. Je suis également en charge du planning d’utilisation des ordinateurs mis à disposition du public.

Plus globalement, je dois réaliser plusieurs suivis administratifs, notamment celui du PLIE des Graves, au sein de la Communauté de Communes de Montesquieu.

Qu’est ce qu’il vous fait vous lever le matin ? Quelle est votre motivation ?

Ce que j’apprécie tout particulièrement est le contact avec le public ainsi que le travail en équipe. Me sentir utile au sein de la CCM et être force de propositions pour le service, et ce au quotidien, sont des éléments motivants et gratifiants.

________

 Caroline Joandet, Directrice d’A.DE.L.E.

IMG_4332

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?
Nous raconter votre parcours ? D’où venez-vous ? 

Je suis titulaire d’une maitrise de Psychologie option psychologie du travail obtenue en 1984 et d’un Master Administration des Territoires et des Entreprises, spécialité Politiques d’emploi et ressources Humaines obtenu en 2011 dans le cadre de la VAE.

Une année d’étude à l’Institut d’Administration des Entreprises à Bordeaux a conforté mes connaissances en gestion.

Je me suis intéressée très tôt à la question de l’insertion des publics en difficulté et aux dispositifs s’y rapportant effectuant mes premiers stages universitaires dans une Mission locale et dans un centre AFPA.

J’ai débuté ma carrière en 1986 en qualité de responsable de stage d’insertion et j’ai progressivement été amenée à concevoir des programmes de formation et d’insertion pour des publics rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi.

Recrutée ensuite comme responsable formation d’une agence de développement économique et de formation, j’ai coordonné un Atelier de Pédagogie Personnalisée, organisé et géré différents modules de formation.

Entre 1990 et 2000, à Bègles, j’ai porté le projet de création et dirigé en temps partagé (1995/2000), deux associations, PRO.F.I.L (Promotion, Formation, Insertion Locale), organisme de formation et ARCINS Environnement Service, un atelier chantier d’insertion.

Depuis janvier 2001, je suis directrice, d’A.DE.L.E, Association pour le Développement Local et l’Emploi, dont j’ai appuyé la création à la demande des élus de la ville de Bègles.

A.DE.L.E .est la traduction des volontés politiques au plan local de lutter contre l’exclusion des publics en difficulté du territoire, par la mobilisation de dispositifs publics d’insertion, départementaux, régionaux, nationaux, européens.

Vous êtes la Directrice de l’association A.DE.L.E.
Pouvez-vous nous détailler votre feuille de route, votre mission ?

Je coordonne le Service Emploi de la ville de Bègles, le PLIE (Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi) des Graves qui couvre 14 communes, Bègles et la Communauté de Communes de Montesquieu (13 communes) et assure la gestion du groupement d’établissement BT EMPLOI, guichet unique d’insertion à Bègles.

Ma feuille de route, c’est piloter et animer des programmes d’action principalement dans le cadre du Fonds Social européen, visant l’accès à l’emploi durable de publics cumulant des freins à l’emploi. C’est aussi tendre vers un taux de sorties positives de 50 %.

Ma mission implique :

  • Des relations contractuelles avec de nombreuses institutions publiques : Commune de Bègles, Communauté de Communes de Montesquieu, Etat, Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine, Conseil Départemental de Gironde, Bordeaux Métropole et divers acteurs économiques et sociaux.
  • La coordination avec de nombreux intermédiaires de l’emploi : Pôle Emploi, Pôle Territorial de Solidarité, Mission locale, Services Emploi, CCAS, clubs d’entreprises…
  • La gestion administrative, financière, le recrutement et la direction des Ressources Humaines de l’association.
  • Une ingénierie de projets en continu en adéquation avec les besoins des publics et ceux du territoire.

Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ?

  • Développer de nouveaux projets pour répondre aux besoins des publics et des entreprises en associant tous les acteurs du territoire et l’équipe d’A.DE.L.E.
  • Promouvoir de nouveaux modes d’action permettant à ces publics de se remobiliser socialement et professionnellement.

Quelle est votre motivation ou votre moteur ?

Agir, innover, partager, promouvoir l’égalité hommes-femmes, lutter contre toutes formes de discrimination.

Un dernier mot à ajouter ?

Réussir l’insertion de toutes et tous nécessite un engagement individuel, partagé et enthousiaste de tous les acteurs du territoire.

Portrait d’Aurélien Desbats, président de l’association A.DE.L.E.

Aurélien Desbats, ADELE

Le 2 juin dernier, Noël Mamère a quitté la Présidence de l’association A.DE.L.E. À l’issue de l’Assemblée générale tenue ce même jour, ont été élus un nouveau conseil d’administration et un nouveau bureau.

C’est Aurélien Desbats, adjoint au Maire de Bègles, responsable commercial et consultant en management, qui a été désigné comme nouveau Président de l’association A.DE.L.E.
Découvrez son portrait.

Lire plus…

Le comité de parrainage du PLIE des Graves au service de l’insertion professionnelle

Corep, entreprise

Le comité de parrains du PLIE des Graves à Bègles regroupe des chefs d’entreprise et des responsables des ressources humaines. Ces professionnels du territoire reçoivent de manière ponctuelle des participants du PLIE pour un entretien conseil, une préparation d’entretien ou un stage.

Ces rencontres permettent aux participants du PLIE d’avoir des informations sur un secteur d’activité, d’échanger sur leur stratégie de recherche d’emploi, de travailler leur présentation en entretien, ou encore, d’étoffer leur réseau professionnel.

Sandrine Castets, responsable des ressources humaines de l’entreprise Corep, entreprise leader en France de la fabrication d’abat-jours et de lampes décoratives, est membre de ce comité de parrainage : « Ce qui m’a poussée à l’intégrer réside dans toute l’aide que je peux apporter aux personnes en recherche d’emploi ou de formation. Par ce biais, je peux apporter mon réseau, délivrer des conseils sur le CV ou la lettre de motivation et permettre aux personnes de prendre du recul sur leur projet professionnel dans sa globalité ».

Ces prises de contact permettent également de tisser du lien et consolider un réseau professionnel, aussi bien pour l’entreprise que pour le participant : « Consacrer du temps à ces personnes et à l’association A.DE.L.E, permet d’échanger, de rencontrer et de découvrir des profils intéressants. Lorsque notre société éprouve un besoin de recrutement, je m’appuie sur le vivier de personnes que j’ai déjà rencontrées » explique Sandrine Castets.

Aujourd’hui, la société Corep a déjà accueilli plusieurs participants en stage et n’hésitent pas à recontacter des personnes déjà passées par la société.

« Lorsque nous employons des personnes en stage, il n’est pas rare de les recontacter lorsque nous avons des postes plus long à pourvoir. Le réseau et la dimension locale sont importants. Ce réseautage a pour objectif de combler un besoin aussi bien de la société que du participant en recherche d’emploi ou de formation », conclut Sandrine Castets.

Portrait de José, redevenu agent de sécurité cynophile    

Agent cynophile

Après 15 années d’expérience professionnelle en tant qu’agent de sécurité cynophile (maître chien), José a perdu son habilitation à exercer lorsque son chien est décédé. En attendant le renouvellement de sa carte professionnelle, ce béglais est redevenu simple agent de sécurité.

« Un agent de sécurité cynophile est propriétaire de son chien qui doit être formé. L’objectif de ce participant était de reformer un chien pour exercer son premier métier », introduit Narjès Dimassi, référente du PLIE des Graves au CCAS de Bègles.

En attendant d’intégrer et de suivre une formation permettant de retrouver l’habilitation professionnelle souhaitée, José s’est tourné vers des postes de simple agent de sécurité : « Avant d’entrer en formation, il a pu occuper des postes d’agent de sécurité. Nous avons pris le temps de constituer et consolider le projet professionnel et réfléchir sur les possibilités de formation » détaille Narjès Dimassi.

À l’issue d’une Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE), José a pu valider sa formation. Cette initiative permet au futur salarié d’être formé par une entreprise en vue de pourvoir le poste visé. Grâce à ce processus, José a pu acquérir de l’expérience et accélérer son retour à l’emploi.

« Aujourd’hui je suis accompagné de Xéna, un berger allemand. Dès que j’ai obtenu ma certification à l’issue de cette formation, j’ai été embauché en CDI à la Centrale de Blaye en tant qu’agent de sécurité cynophile », explique José.

En parallèle, il officie sur d’autres lieux publics, tels que le Quais des Marques ou le Casino de Bordeaux-Lac.

« Je suis très reconnaissant de l’accompagnement dont j’ai pu bénéficier. Grâce au PLIE des Graves, j’ai réussi à récupérer ma certification d’Agent de sécurité cynophile. Je suis très fier de mon parcours », conclut José.

La Préparation Opérationnelle à l’Emploi : de la formation au recrutement

CAMAS

À l’issue de la présentation du centre de formation CAMAS, organisme spécialisée dans les formations aéroportuaires organisée en mars dernier à l’attention des référentes du PLIE des Graves, Narjès Dimassi, référente du PLIE des Graves au CCAS de Bègles, a positionné Sophia, une participante intéressée par un poste d’agent de sûreté aéroportuaire.

« Cette ancienne gendarme adjoint volontaire est arrivée dans la région il y a quelques temps. Bien qu’ayant perdu son statut, elle reste titulaire des diplômes et aptitudes nécessaires pour être agent de sécurité. En parallèle, le CNAPS (Conseil national des activités privées de sécurité) lui a délivré une attestation d’autorisation d’exercer tout métier dans la sécurité », explique Narjès Dimassi.

Pour exercer le métier d’agent de sûreté aéroportuaire, une formation supplémentaire est indispensable. Sophia a ainsi pu être mise en relation avec le CAMAS.

« Elle a participé à une réunion au centre de formation, puis a mené une enquête sur les métiers du secteur afin de se fondre dans la thématique. Elle a également eu la possibilité de mener des interviews de professionnels de la sûreté aéroportuaire basés à l’Aéroport de Mérignac », explique Narjès.

Pour la prise en charge de la formation souhaitée par la participante, Narjès Dimassi s’est directement rapprochée de l’Aéroport de Mérignac : « Au sein-même de l’aéroport, trois organismes de sécurité recrutent. En partenariat avec le Pôle emploi et CAMAS Formation,  nous travaillons aujourd’hui sur une Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE) qui permettrait à cette dame de postuler directement auprès d’un employeur qui mettrait en place la formation en interne avant le recrutement par la suite », conclut Narjès.

« Bègles Terres numériques » : retour sur le premier afterwork numérique organisé au BT23.

Afterwork

Le 14 septembre dernier, l’association A.DE.L.E., le club d’entreprises de Bègles B3E et Pôle Emploi ont organisé un afterwork « Bègles, Terres Numériques ».

Quatre start-ups étaient conviées à ce premier rendez-vous dans l’objectif de créer des synergies avec les organismes du territoire œuvrant pour l’emploi et l’insertion professionnelle.

« C’était intéressant pour ces entreprises du numérique d’être présentes. Elles ont pu échanger sur leurs problématiques de recrutement, les nouveaux métiers à pourvoir, les compétences recherchées et les formations nécessaires à l’exercice de ces métiers.

Par la présence des membres de l’association A.DE.L.E., de la Direction régionale technique de Pôle Emploi, des responsable de formation de la Région Nouvelle-Aquitaine et des responsables d’organismes de formation (AFPA, Insup), une mise en réseau a pu s’opérer », détaille Nathalie Anquetil, responsable du Service Emploi à la Mairie de Bègles.

À la suite de ce premier afterwork, des réunions de travail sont en passe d’être organisées entre Pôle Emploi et les organismes de formation pour réfléchir à des plans de formation.

Par ce rendez-vous, les membres de l’association A.DE.L.E., partenaire de Pôle Emploi et du club d’entreprises de Bègles B3E, ont pu être sensibilisés aux attentes de ces entreprises issues d’un secteur en pleine expansion.

À l’issue de cette acculturation sur les nouveaux métiers du numérique, les référentes pourront communiquer plus largement sur les possibilités qu’offre aujourd’hui le secteur numérique, auprès des participants.

Initiation aux métiers de l’hygiène et de la propreté, deux secteurs en tension

IFCG Carrières

À partir du 6 novembre prochain, une dizaine de participants va participer à une initiation aux métiers de l’hygiène et de la propreté qui sera animée par l’organisme de formation IFCG Carrières.

« L’action est mutualisée avec le PLIE de Bordeaux. Elle s’adresse à des participants ayant déjà travaillé ou avec un projet dans le domaine de la propreté, afin qu’ils puissent s’immerger dans l’environnement de travail, les règles, gestes et postures inhérents à ce secteur d’activité », indique Elisabeth Abrivat, chargée de mission au PLIE des Graves.

IFCG Carrières est un organisme de formation continue préparant aux métiers de la propreté. « L’action que nous allons mener avec le PLIE des Graves s’adresse aux participants ayant un projet professionnel en lien avec les métiers de l’hygiène et de la propreté. Les journées seront divisées en deux parties : dans un premier temps, une partie théorique sera abordée, puis dans un second temps, les participants pourront passer à la mise en situation concrète où les protocoles et les techniques de nettoyage de ces métiers seront largement détaillés », explique Renaud Delage, directeur du centre de formation.

À la fin de la session, une évaluation des compétences sera réalisée afin de vérifier les acquis. Les participants ressortiront de l’action avec un niveau d’agent de service avec lequel ils auront la possibilité de faire valoir ces compétences.

S’ils le souhaitent, les participants pourront approfondir leurs connaissances en intégrant une formation au titre professionnel d’agent de propreté et d’hygiène délivré par l’IFCG.

« La propreté concerne les hôpitaux, les EHPAD, les magasins, les grands sites industriels, les bâtiments publics… Les secteurs de l’hygiène et de la propreté sont des secteurs qui recrutent beaucoup. Les métiers sont accessibles mais il y a des règles à respecter, des gestes professionnels et techniques à maîtriser, et des produits de nettoyage à manipuler. Aujourd’hui, 80% des recrutements se font au sein même de sociétés privées de nettoyage. Les 20% restants concernent le recrutement de personnel de nettoyage spécifique à des établissements de santé par exemple », conclut Renaud Delage.

L’appropriation des codes de l’entreprise pour favoriser l’insertion professionnelle

Code de l'entreprise, Insup

Au printemps dernier, l’Insup a animé une action collective à destination des participants du PLIE des Graves.

« Pour les participants, l’objectif de cette session était de valider le projet professionnel et favoriser leur retour vers l’emploi. Au fil des semaines, les participants ont dû prendre du recul par rapport à leur situation. Ils ont été confrontés à la faisabilité du projet en lui-même et nous leur avons demandé de s’interroger sur leur motivation et leur réel intérêt professionnel. Il y a eu un grand travail d’introspection personnelle chez ces participants afin qu’ils se posent les bonnes questions par rapport à leur parcours », détaille Liliane Planton, formatrice à l’Insup.

Certains participants ont débuté l’action avec des freins dans leur recherche d’emploi et parfois un manque de confiance. L’intérêt de l’action a été de contourner ces obstacles et de revaloriser le cursus professionnel de chacun : « En mettant en avant des étapes de parcours et en valorisant les savoirs, savoir-faire et savoir-être, la confiance est revenue peu à peu », ajoute Liliane.

En parallèle, l’action a également abordé toutes les questions liées au droit du travail – lire et comprendre un contrat de travail ou un bulletin de paie – et les questions liées à l’environnement d’une entreprise – la sécurité, l’hygiène, le comportement autorisé, la hiérarchie à respecter…

« Cela a permis à tous les participants de s’approprier et d’intégrer ces codes de l’entreprise par rapport à leur projet professionnel. Une personne se destinant à un métier de contact devra assimiler certains codes, différents de ceux que nous pouvons retrouver dans le cas d’un métier lié à la sécurité ou à la propreté », ajoute la formatrice.

L’action a fait travailler les participants sur leur connaissance d’eux-mêmes et sur leur connaissance du milieu des entreprises.

« La session s’est déroulée avec énormément de bienveillance et une très bonne dynamique de groupe. Les immersions en entreprise ont été concluantes pour tous les participants qui ont su s’intégrer dans leur milieu de travail sans problème », conclut Liliane.

Quand un projet professionnel en cache un autre…    

Portrait

Auparavant aide-soignante au Cameroun, Anne-Lise est entrée dans le dispositif du PLIE des Graves dans l’objectif de faire reconnaître ses diplômes et d’être qualifiée en France.

« Au début de son parcours, nous avons tout de suite entrepris les démarches pour faire reconnaître les diplômes de cette participante, alors aide-soignante au Cameroun. En parallèle, nous avons travaillé sur sa mobilité. Anne-Lise a dû convertir son permis de conduire pour qu’il soit valide en France », introduit Aline Franiatte, référente du PLIE des Graves à la Communauté de Communes de Montesquieu (CCM).

Pour Anne-Lise, il était nécessaire de franchir ces freins psychologiques : « Mon but ultime est de pouvoir exercer à nouveau en tant qu’aide-soignante. La difficulté est de devoir ‘recommencer à zéro’ en intégrant une formation qualifiante et être reconnue comme aide-soignante. En attendant, je reste dans le milieu du social et du service à la personne » indique cette jeune femme de 31 ans.

« Avec Véronique Debelleix, chargée de relations-entreprises de la CCM, nous avons travaillé sur le parcours de cette participante. Elle a bénéficié d’une prospection ciblée qui lui a permis de faire une immersion au sein de GSAO (Graves Services Assistance Organisation), société spécialisée dans le service aux personnes, en tant qu’assistante de vie aux familles. À la suite de ce stage qui a validé le projet, Anne-Lise a signé un contrat de professionnalisation », ajoute Aline.

Anne-Lise est en contrat jusqu’au mois de mars 2018, date à laquelle un titre professionnel lui sera délivré.

« En attendant de suivre une formation d’aide-soignante, je suis contente de poursuivre et d’évoluer sur un poste d’assistante de vie aux familles. Je suis également ravie de l’accompagnement dont je bénéficie avec toutes ces mises en relation, ces orientations et ces réflexions autour de mon projet professionnel et la formation espérée », conclut Anne-Lise.

La reconversion professionnelle vers de nouveaux métiers : Stéphanie a décidé de relever le challenge !

naturopathie

Stéphanie a débuté sa carrière en tant que fleuriste. Après vingt années dans le domaine, elle change de métier et devient assistante maternelle. Mais aujourd’hui, à plus de 40 ans, elle souhaite changer de voie.

« J’ai décidé d’arrêter ce métier car le contact avec les gens me manquait. Je voulais retrouver ce lien », indique Stéphanie.

Aline Franiatte, référente du PLIE des Graves à la Communauté de Communes de Montesquieu ajoute : « Stéphanie a pour objectif de devenir naturopathe. Nous avons travaillé sur la reconversion et l’orientation vers ce métier. La participante a mené une enquête-métier, opérer une prospection sur le secteur et s’est entretenue avec des naturopathes professionnels. Il en est ressorti que pour devenir naturopathe, une longue formation en médecines alternatives est nécessaire ».

L’objectif qui se présente aujourd’hui pour cette léognanaise est de trouver une stratégie de financement : « J’ai été embauchée dans un magasin bio en tant qu’hôtesse de caisse. Cela se passe très bien, je m’y plais beaucoup. Dans l’objectif d’intégrer une formation en naturopathie, je peux bénéficier d’une aide à la reconversion des collaborateurs du magasin. Cela pourrait être une étape vers l’aboutissement de mon projet et la possibilité d’intégrer une formation », ajoute Stéphanie.

Aujourd’hui, la reconversion professionnelle est une démarche qui concerne plus d’un français sur deux. Avec l’apparition de nouveaux métiers, les possibilités sont multiples et les stratégies de recherche de formation sont aussi nombreuses.

« Stéphanie se plaît au poste qu’elle occupe actuellement. C’est dans la thématique du bien-être, c’est cohérent. Aujourd’hui, elle tient à ce projet. Alors nous continuons vers celui-ci ! » termine Aline.