Des scooters à disposition des publics de la Communauté de Communes de Montesquieu pour soutenir leur mobilité géographique.

3-scooters

Dans l’objectif de soutenir la population dans leurs problématiques, depuis plus de 5 ans, la Communauté de Communes de Montesquieu (CCM) aide à la mobilité géographique de ses habitants en mettant à disposition quinze cyclomoteurs.

« Ce dispositif s’adresse à tous les habitants de la CCM en recherche d’emploi, en stage ou en formation, rencontrant des freins dans leur mobilité ou aspirant à plus de mobilité, et accompagnés dans leur projet professionnel par le service emploi de la CCM, les équipes du PLIE des Graves ou de la Mission locale des Graves. Il s’agit d’un service qui permet à ces personnes de dynamiser leurs démarches d’insertion professionnelle. Il contribue également à l’inclusion et à l’insertion sociale en ce qu’il permet d’aller à la rencontre des autres, en autonomie », introduit Alice-Odile Antoine-Edouard, responsable du service Solidarités de la Communauté de Communes de Montesquieu.

Afin d’en faire profiter à un maximum de personnes, chaque emprunteur dispose d’un scooter pour une durée de deux mois et peut renouveler son emprunt une fois.

« C’est un dispositif qui fonctionne très bien : entre 2015 et 2017, nous comptabilisons 65 utilisateurs, soit 65 locations. Avant, la durée d’emprunt était plus longue. Nous avons souhaité réduire la durée de prêt pour faire tourner davantage les véhicules. Aujourd’hui, tous nos scooters sont en circulation » ajoute Alice-Odile Antoine-Edouard.

Un dispositif qui contribue à favoriser l’accès à l’emploi ou à la formation des personnes : « L’Espace Emploi Montesquieu de la CCM suivait un jeune participant qui rencontrait un démarrage difficile dans la vie active. Nous avons fait le lien avec une entreprise du territoire qui nous avait exprimé un besoin prévisionnel de recrutement. Cette entreprise a accepté de le prendre en stage de mise en situation professionnelle mais l’absence de véhicule était un véritable frein. Grâce à ce dispositif, cette personne a pu se rendre sur son lieu de stage et découvrir un nouveau métier. Le jeune homme a gardé le scooter jusqu’à ce qu’il ait pu s’offrir son propre véhicule ; le service l’a accompagné en ce sens. À la fin de son stage, il a été recruté par cette même entreprise », raconte Alice-Odile Antoine-Edouard.

Disposer d’un véhicule pour pouvoir se déplacer permet aux participants de palier un besoin ponctuel, mais aussi d’acquérir une certaine autonomie personnelle dans leur propre parcours professionnel.