L’égalité femmes-hommes : une cause défendue par le CIDFF de la Gironde et l’association A.DE.L.E.

cidff

Le CIDFF de la Gironde (Centre d’Information sur les droits des Femmes et des Familles), membre du réseau national des CIDFF, exerce une mission d’intérêt général, confiée par l’État, pour favoriser l’autonomie sociale, professionnelle et personnelle des femmes et promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’organisme agit auprès du public en donnant accès à l’information juridique et à l’insertion professionnelle. « Aujourd’hui, 80% du public que nous recevons sont des femmes. Nous travaillons énormément sur le champ de l’emploi, terreau d’inégalités. Aussi, en France, seulement 30% des chefs d’entreprise sont des femmes. Il y a beaucoup de freins à lever et les questions de légitimité et d’égalité sont également au cœur de notre action », explique Marie-Françoise Raybaud, directrice du CIDFF de la Gironde.

Pour compléter ses actions, le CIDFF se tourne également vers les entreprises, établissements scolaires et professionnels de l’insertion pour sensibiliser, prévenir et informer sur ces questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’emploi.

« Depuis 3 ans, nous formons et sensibilisons l’équipe de l’association A.DE.L.E. Nous sommes intervenus à plusieurs reprises afin de mobiliser l’ensemble des personnes de l’association à se questionner sur leurs propres pratiques, leurs façons de travailler, en intégrant le prisme de l’égalité et de la mixité. Intégrer la notion d’égalité, c’est changer de culture, bouleverser le regard que nous pouvons avoir au départ. Parfois, nous véhiculons nos propres représentations. Tout le travail du CIDFF est ainsi d’outiller les professionnels de l’insertion et leur faire prendre du recul par rapport à cette question », détaille Marie-Françoise Raybaud.

Lorsque nous observons les secteurs porteurs d’emploi, la question d’ouverture professionnelle est parfois posée aux femmes en recherche d’emploi. Marie-Françoise Raybaud ajoute ainsi : « La découverte de nouveaux secteurs pouvant être sources d’insertion professionnelle peut permettre la déconstruction des représentations. Instaurer une mixité dans une entreprise est une volonté. C’est un travail que nous opérons auprès des entreprises, des directions de ressources humaines et des cadres techniques, sur le terrain. Enfin, nous outillons les professionnels de l’insertion pour permettre aux personnes en recherche d’emploi – notamment les femmes – d’ouvrir leur champs des possibles pour se positionner sur des emplois intéressants qu’elles peuvent pourvoir ».

À la fin du mois de novembre 2017, Narjès Dimassi et Laetitia Lenfant, respectivement référentes du PLIE des Graves au CCAS et au Centre social de l’Estey, ont animé un atelier à la ludothèque de Bègles. « Les participants à l’atelier ont dû choisir un jouet avec lequel ils jouaient lorsqu’ils étaient enfant, celui qu’ils ont transmis à leurs propres enfants, celui qu’ils n’ont pas aimé… Tout ceci a permis de poser le débat et de s’emparer de la question des représentations sociales et des stéréotypes de façon naturelle. Cela pousse les participants à se questionner et prendre du recul par rapport à la problématique », témoignage Narjès.

Ainsi, les membres de l’équipe du PLIE des Graves, formés et sensibilisés par le CIDFF, confrontent les participants à cette question des préjugés, qui peuvent se retrouver dans le champ de l’emploi. « Au tout début de ma carrière, il a dû m’arriver de ne pas positionner ou de ne pas faire de lien entre une entreprise, un poste et une personne, parce que j’avais des représentations personnelles, mais je ne m’en rendais absolument pas compte. Aujourd’hui, j’associe un projet à un positionnement. La question ne se pose plus. Je pense que les formations que nous pouvons suivre et qui nous permettent d’être sensibilisés me permettent aujourd’hui d’être vigilantes dans mes postures et les propositions que je peux faire aux participants du PLIE des Graves que je suis », affirme Narjès.

Véronique Debelleix, chargée de relations-entreprises du PLIE des Graves sur le territoire de la Communauté de communes de Montesquieu (CCM), témoigne : « Lorsque nous élaborons le projet avec le demandeur d’emploi, des questions sur la capacité à travailler sur tel ou tel poste peuvent se poser. C’est à nous de prendre du recul, d’accompagner et d’aider ces personnes à se positionner. Côté entreprises, certaines se remettent en question et hésitent à embaucher une femme par exemple. C’est à nous de déconstruire les idées reçues et d’insister sur les qualités et compétences d’une participante en recherche d’emploi qui pourra très bien correspondre aux attentes du poste ».

Cette prise en compte de l’importance de l’égalité femmes-hommes dans l’emploi par l’équipe d’A.DE.L.E. s’est également illustrée par le cycle d’ateliers à destination des participants – femmes et hommes, de tout âge – autour de l’autonomie dans la recherche d’emploi et l’ouverture des possibilités qu’avaient organisé Aline Franiatte et Laëtitia Goffre, référentes PLIE des Graves de la CCM en 2016.