Category: Actualités

Sexisme ordinaire et mixité : des problématiques importantes abordées par le CIDFF auprès de l’équipe du PLIE des Graves.

cidff

« Nous sommes désormais plus en alerte, plus sensibilisées. Nous remarquons que les mentalités ont changé, mais tout n’est pas parfait et qu’il y a encore du chemin à parcourir », témoigne Katia Olives, référente du PLIE des Graves à l’INSUP, à l’issue des deux formations organisées par le CIDFF (Centre d’Information sur les droits des Femmes et des Familles) sur les problématiques de sexisme ordinaire et de mixité.

Le 11 octobre et le 20 novembre derniers, Marie-Christine Bustin, conseillère en insertion professionnelle au CIDFF et Delphine Gouëllo, juriste au sein du CIDFF, ont organisé deux formations à destination de l’équipe du PLIE des Graves.

« L’objectif de la journée de sensibilisation sur la mixité était de permettre à l’équipe du PLIE de se sentir à l’aise par rapport à cette problématique, notamment lorsqu’il s’agit de positionner une participante sur un métier dit ‘d’homme’, ou un participant sur un métier dit ‘de femme’. Que ce soit lors d’un positionnement pour un emploi, un stage, ou via le dispositif de la clause d’insertion. Pendant toute la formation, l’idée était d’avoir des arguments sur l’intérêt et l’importance de promouvoir la mixité, comment la mettre en avant et être prêt face à d’éventuels freins ou réticences de la part des entreprises », présente Marie-Christine Bustin, animatrice de la première formation sur la mixité des métiers.

Quelques semaines plus tard, l’équipe du PLIE des Graves a participé à une sensibilisation sur le sexisme ordinaire, notamment en entreprise. « C’est un phénomène très présent. Nous les rencontrons dans des secteurs très ‘masculins’ dans lesquels les femmes tentent d’être intégrées. Cependant, elles peuvent se confronter à des situations sexistes », introduit Delphine Gouëllo, qui a animé cette deuxième journée de formation.

Aujourd’hui, le sexisme ordinaire peut exister selon différentes formes. L’objectif de la formation était d’appréhender des situations sexistes, les détecter et pouvoir répondre aux questions d’éventuelles victimes ou témoins de situation problématique du genre. « Depuis 2016, les agissements sexistes sont inscrits dans la Loi Travail, relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. L’objet de cette journée a été de sensibiliser l’équipe du PLIE des Graves sur les droits existants et sur la reconnaissance de ce phénomène qui peut exister dans le milieu de l’entreprise », ajoute Delphine Gouëllo.

« La plus grande difficulté rencontrée, c’est : comment prouver qu’une situation sexiste a eu lieu ? Grâce à cette sensibilisation, nous sommes plus vigilants et nous sommes armés pour repérer ce genre de situation. Certaines de mes collègues ont raconté leurs propres expériences, vécues pendant leur carrière professionnelle. Aussi, des cas de situation sexiste vécue par des participantes du PLIE ont également été relatés. Aujourd’hui, nous pouvons identifier ces problèmes », témoignage Katia Olives.

À travers des mises en situation et jeux de rôle, l’équipe du PLIE a pu mettre en perspective leurs accompagnements et relater des situations problématiques rencontrées ou entendues. Certaines situations racontées ont même provoqué des échanges de points de vue et de conseils entre membres de l’équipe.

Elisabeth Abrivat a récemment reçu une offre d’emploi pour un poste d’ « homme de pied ». Au fil de la formation sur la mixité, la question d’un positionnement d’une participante a été abordée. « Lorsque j’ai présenté cette personne à l’entreprise, j’ai découvert que cette structure n’avait absolument aucune réticence à l’idée d’accueillir une femme à ce poste. Comme quoi, il y a des entreprises dans lesquelles les choses bougent, où la mixité est déjà intégrée et approuvée ».

Cette personne n’a cependant pas poursuivi la mission en raison de problèmes de santé. Cela ne soulève pas la question de l’incapacité physique de la personne, sous prétexte qu’elle est une femme ou qu’elle n’a pas la condition physique pour exercer ce poste. Cela pose une question plus globale, comme nous l’explique Elisabeth Abrivat : « Au-delà de la question de la mixité, des questions autour des conditions d’exercice d’un travail, chez un homme ou une femme, sont ici pointées. Il faut que les entreprises explorent les questions liées aux bons gestes et postures de travail, forment ses salariés à les adopter afin de prévenir tout risque lié à certaines conditions d’exercice d’activité plus ou moins difficiles, et assurer sérénité et sécurité sur les lieux et postes de travail ».

À la fin de ces formations, l’équipe du PLIE des Graves a exprimé vouloir être accompagnée et formée dans l’accompagnement de femmes victimes de violences sexistes.

« Le harcèlement sexuel ou les situations de sexisme ordinaire existent. Mais dans la vie privée, des situations de violences peuvent également freiner et entraver les personnes dans leur insertion et dans l’épanouissement, tout simplement », conclut Delphine Gouëllo.

Les chantiers d’insertion, véritables viviers d’insertion sur le territoire.

chantiers d'insertion

Depuis plus de dix ans, la Communauté de Communes de Montesquieu (CCM), par des partenariats forts avec des Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE), s’engage et soutien l’emploi sur le territoire.

En parallèle d’un accompagnement dispensé par l’équipe du PLIE des Graves ou le Service Emploi et Solidarités de la CCM, les demandeurs d’emploi rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières peuvent bénéficier d’un emploi de parcours auprès de SIAE, tels que les Compagnons Bâtisseurs d’Aquitaine et ARCINS Environnement Service.

« Nous sommes partenaires des Compagnons Bâtisseurs d’Aquitaine depuis 2010. Structure ancrée dans le secteur du bâtiment, nous nous engageons à contribuer au financement de 10 salariés par an, en continu. Cela représente 10 CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion), occupés pendant 4 mois maximum éventuellement renouvelables en fonction du projet professionnel de la personne. Les salariés sont mobilisés dans des travaux de restauration du petit patrimoine bâti public sur les communes du territoire.
Depuis 2004, nous sommes également partenaires d’ARCINS Environnement Services. Nous y soutenons 16 salariés en CDDI en continu chaque année. Les personnes y exercent des activités liées aux métiers de la filière de l’environnement. Ils interviennent dans l’entretien des espaces verts et des milieux naturels : nettoyage de digues, entretien et gestion des eaux fluviales, boiseries et forêt.

Les objectifs pour les bénéficiaires sont multiples et souvent propres à chaque parcours. Ces chantiers permettent de reprendre progressivement une activité professionnelle, de se réadapter à un rythme de travail, de retravailler en groupe, de découvrir de nouveaux métiers, de développer ses compétences, de prendre conscience de potentiels individuels souvent inexplorés, de participer à des travaux utiles à la collectivité… », présente Alice-Odile Antoine-Edouard, responsable du Service Emploi et Solidarités de la CCM.

Souvent en début de chantier d’insertion, les participants manquent de confiance dans leur avenir professionnel : « Pour autant, sur les 289 salariés intégrés entre 2008 et 2018 à ARCINS Environnement Services, 75% ont trouvé un emploi durable, un CDD ou une formation à l’issue de leur emploi de parcours. En parallèle, sur la filière du bâtiment, ces résultats atteignent 55 % des personnes ayant intégré les chantiers d’insertion portés par les Compagnons Bâtisseurs d’Aquitaine », ajoute Alice-Odile Antoine-Edouard.

Après avoir occupé un poste dans une SIAE, les personnes poursuivent leur accompagnement vers l’emploi de façon différente, avec plus d’assurance : « Ce que nous constatons, c’est qu’après un passage dans un chantier d’insertion, les personnes savent ce qu’elles veulent et ce qu’elles ne veulent pas. Elles ont une idée plus affinée de leur projet professionnel. Elles se mobilisent autrement dans leur recherche », indique Alice-Odile Antoine-Edouard.

La CCM soutient le déploiement des Chantiers d’Insertion depuis plusieurs années : « La CCM est engagée dans l’ingénierie du dispositif et s’investit également financièrement pour soutenir l’emploi en misant sur les Chantiers d’insertion. Les résultats obtenus depuis 10 ans démontrent l’intérêt de cet outil pour des personnes en difficultés ayant besoin d’un soutien complémentaire pour franchir une nouvelle étape dans leur parcours professionnel», conclut Alice-Odile.

Vous êtes demandeur d’emploi ?
Vous souhaitez obtenir des informations sur ce dispositif et savoir si vous pouvez intégrer une SIAE ?
Participez à une de nos réunions d’information collective.
Pour tous renseignements, contactez l’Espace Emploi de la CCM ou le PLIE des Graves.

Une Maison des Services Au Public (MSAP) installée au sein de la CCM.

msap

Depuis cette année, la Communauté de Communes de Montesquieu (CCM) propose une nouvelle offre de service à destination des habitants des 13 communes de son territoire : une Maison des Services Au Public (MSAP). Une animatrice y accueille, oriente et aide les personnes rencontrées dans leurs relations avec les administrations.

L’animatrice de la MSAP relaie des informations personnalisées dans le domaine de la famille, du logement, du transport, de la santé, de la retraite, de la citoyenneté et enfin, de l’emploi. La MSAP accompagne le public dans ses démarches administratives et fait le lien avec des partenaires tels que la CAF, Pôle emploi, les associations caritatives du territoire ou celles intervenant dans le champ de l’insertion. L’animatrice soutient les personnes dans la réalisation de démarches en ligne, comme celles relatives aux demandes de passeport, de carte d’identité, de carte grise…

« L’objectif d’une MSAP est de faciliter les démarches de la vie quotidienne. Elle est un intermédiaire souvent nécessaire pour permettre l’accès aux droits, un véritable outil pour lever les freins à l’insertion », présente Alice-Odile Antoine-Edouard, Responsable du Service Emploi et Solidarités de la CCM.

Aujourd’hui basée à Martillac, au sein même de la CCM, la MSAP a vocation à s’installer sur ce début d’année 2019 sur le site de l’Espace Emploi Montesquieu de la CCM situé à Léognan.

Sur cet espace, la MSAP sera donc aux côtés du Service Emploi de la CCM, d’une antenne de la Mission Locale des Graves et du PLIE des Graves pour proposer, sur le territoire, un véritable guichet unique de l’emploi et des solidarités, accessibles à tous les demandeurs d’emploi à partir de 16 ans et traitant de toutes les thématiques d’informations utiles.

« La réussite des parcours des demandeurs d’emploi passe aussi par la capacité des institutions à proposer des lieux ressources complets, accessibles et utiles. L’Espace Emploi Montesquieu va donc s’enrichir d’une nouvelle compétence, au bénéfice des habitants du territoire et plus particulièrement des demandeurs d’emploi suivis par le PLIE des Graves », ajoute Alice-Odile Antoine-Edouard.
Horaires de la MSAP :

  • Lundi sur RDV 9h – 12h30 | 14h – 17h
  • Mardi sans RDV 9h – 12h30 | 14h – 17h30
  • Mercredi sans RDV 9h – 12h30
  • Jeudi sans RDV 9h – 12h30
  • Vendredi sur RDV 9h – 12h30

LAB Emploi Numérique : détecter, orienter et former les futurs talents aux métiers de demain.

Lab numérique

Aujourd’hui, le numérique est un secteur porteur. Face aux besoins en compétences des entreprises du numérique, les acteurs de l’insertion professionnelle doivent rester en veille sur les attentes du marché.

L’agence Pôle Emploi de Bègles, en partenariat avec l’association A.DE.L.E. et les Services Emploi de la ville de Bègles et de la C.C.M., organise trois sessions d’échanges collaboratifs autour de trois temps forts.

« 39 entreprises issues de la Technopôle de Martillac et des bassins économiques béglais et de Bordeaux Métropole, participent à ces groupes de travail. Les objectifs de ces rendez-vous sont multiples. Il s’agira d’identifier les besoins en compétences des entreprises du numérique et de veiller aux techniques de recrutement qu’elles utilisent. La finalité pour nous, acteurs de l’insertion, est de pouvoir détecter les profils recherchés en utilisant ces méthodes de recrutement et ainsi, co-construire un écosystème au service du développement de ressources humaines spécialisées sur le numérique et présentes sur le territoire », présente Corinne Castaing, directrice de l’agence Pôle Emploi de Bègles.

La première session a eu lieu le 20 septembre dernier. Elle s’est concentrée sur la détection des talents. « Nous avons questionné les entreprises sur le mot ‘talent’ : de quoi s’agit-il ? En parallèle, nous avons cherché à connaître leurs usages en matière de recrutement. Puis, l’atelier s’est terminé par la présentation de quatre CV anonymes. Les entreprises les ont analysés : elle ont pointé les éléments positifs et les éléments manquants. Ce qu’il est ressorti de cet atelier est que l’humain et la personnalité priment sur les compétences techniques. Les richesses de l’individu, ce qu’il dégage, ce qui l’anime, ont plus d’importance aux yeux des entreprises du numérique, que les compétences qu’il peut avoir », détaille Corinne Castaing.

Ces rencontres permettent aux acteurs de l’insertion professionnelle de faire l’état des lieux des attentes, besoins et usages des entreprises du numérique lorsqu’elles recrutent. « Connaître leurs pratiques nous permet d’affûter nos outils de positionnement et de préparer les participants du PLIE des Graves aux emplois de demain », ajoute Elodie Rumeau, chargée de relations-entreprises pour le PLIE des Graves sur la ville de Bègles.

Le deuxième atelier est prévu le 29 novembre 2018 et s’attardera sur les méthodes de détection des talents : « Quels sont les outils les plus opérationnels dans la détection des talents et comment les rendre visibles, seront les grandes questions que nous aborderons. Nous, acteurs de l’insertion, devons mettre en avant les talents que nous accompagnons. Pour ce faire, il faut transformer nos outils », ajoute Corinne Castaing.

Le LAB Emploi numérique se conclura le 14 février 2019 par la présentation de profils de candidats aux entreprises.

« Le partenariat avec l’association A.DE.L.E. et les Services Emploi de Bègles et de la C.C.M. sur cette action permet de mettre en commun les entreprises issues de nos réseaux et de les rencontrer. Des entreprises comme Capgemini ou CGI, mais aussi des start-ups et des associations font partie des groupes de travail. Cela permet la diversité des points de vue des entreprises.
En parallèle, chaque structure de l’insertion accompagne des futurs talents du secteur numérique. Notre rôle est de mettre en contact ces profils aux parcours divers avec les entreprises du secteur. Grâce à ce travail collaboratif, nous pourrons former et positionner les candidats sur les métiers de demain
», conclut Corinne Castaing.

Eurêkapôle : un projet aux innovations multiples.

Projet Eurêkapôle

Depuis 2015, en partenariat avec l’association A.DE.L.E., la Communauté de communes de Montesquieu (CCM) travaille sur la mise en place de la clause sociale dans ses marchés publics. « Le premier marché dans lequel a été intégrée la clause concernait des travaux de voirie communautaire. Depuis, le dispositif est mis en place systématiquement dans les marchés de la CCM », indique Elisabeth Abrivat, chargée de mission clause sociale au sein de l’association A.DE.L.E.

Le projet Eurêkapôle, mené actuellement sur le territoire de la CCM, comprend la construction de deux bâtiments entièrement dédiés au développement de l’activité économique de la Technopole Bordeaux Montesquieu.

« Le projet Eurêkapôle est le projet de mandat des élus communautaires. Il renouvelle la démarche d’innovation lancée par la Technopole, il y a près de 30 ans », présente Samantha Chevrier, directrice générale adjointe des services de la CCM.

Il a pour objectif de favoriser l’innovation sur le territoire. De nouveaux services innovants dédiés au numérique y sont attendus, tels qu’un espace de coworking, un fablab, un auditorium, un musée du numérique, des bureaux et des laboratoires.

Le premier bâtiment, actuellement en construction, comportera un FabLab, nommé EurêkaFab. Sur ce marché, deux lots ont ainsi intégré le dispositif de la clause :

  1. Dans les travaux de voirie et réseaux divers, terrassements et aménagements extérieurs, réalisés par la société Colas Sud-Ouest,
  2. Dans tout ce qui concerne le gros œuvre, réalisé par la société Secma Bâtiment.

« La clause sociale permet aux personnes rencontrant des difficultés d’insertion de se positionner sur des postes générés par ce dispositif. Les habitants du territoire répondant aux critères d’éligibilité peuvent ainsi en bénéficier. Toutes les structures locales engagées dans l’insertion – telles que la Mission Locale des Graves – ont ainsi été mobilisées pour répondre aux besoins des entreprises par rapport au dispositif intégré dans le marché », détaille Elisabeth.

Ce projet articule plusieurs formes d’innovations, comme nous l’explique Samantha Chevrier : « Derrière ce projet, l’innovation est multiple. Elle est à la fois économique parce que ces bâtiments seront tournés vers les entreprises ; elle est environnementale avec la construction d’un bâtiment à énergie positive ; elle est enfin sociale et éducative. Les élus tiennent à diffuser cette culture de l’innovation et du numérique chez les jeunes du territoire. Le lien entre tous ces éléments, c’est la collaboration entre les acteurs de cet écosystème, dans lequel la CCM souhaite s’investir ».

Plus d’informations sur le projet : http://www.technopole-bordeaux-montesquieu.fr/87/eurekapole.html

La MIE, partenaire du PLIE des Graves, dans l’accompagnement à l’entrepreneuriat.

MIE - Maison Initiative Entrepreneuriat

La MIE – Maison Initiative Entrepreneuriat – est une structure d’accompagnement à la création et au développement d’activité depuis 1997.

Elle accompagne tout porteur de projet de création d’entreprise via divers dispositifs : Les personnes en phase d’émergence de projet, voire intéressées par la démarche entrepreneuriale, adressées par Pôle Emploi. Mais également des porteurs de projet plus avancés dans la concrétisation de leur projet qui bénéficient de divers supports (couveuse Anabase, « entreprendre en Région»…) ainsi que des travailleurs indépendants.

« Nous accompagnons les demandeurs d’emploi orientés par Pôle Emploi, à travers la prestation ‘Activ Créa’ (alternance entre modules collectifs et rendez-vous individuels) qui permet de travailler sur l’émergence d’une idée ou projet. Nous guidons le porteur de projet à travers les différentes étapes du processus entrepreneurial (de l’étude de marché à la rédaction du business plan). Il a la possibilité de participer à différents ateliers-formations animés par des professionnels et experts sur différents thèmes : marketing, la relation commerciale, la communication, les outils numériques, le savoir-être entrepreneur, le web, la gestion comptabilité, l’organisation administrative et comptable, etc. », présente Géronimo Monteiro, conseiller en création d’entreprise à la MIE.

Une autre prestation est proposée aux bénéficiaires du RSA. En fonction des besoins et du parcours de l’individu, les référents sociaux (MDSI, CCAS, etc.) ou professionnels (Pole Emploi, Mission locale, PLIE, etc.) peuvent l’orienter vers la MIE : « Nous accompagnons ces personnes dans leur projet, qu’il soit émergent ou déjà créé. Il existe des chefs d’entreprises, bénéficiaires du RSA, qui ont besoin d’être accompagné dans le déploiement de leurs activités », complète Géronimo Monteiro.

En parallèle, la MIE anime des permanences hebdomadaires au BT Emploi et une réunion d’information collective mensuelle sur le dispositif de la micro-entreprise (ex auto-entrepreneur) dans les locaux du Pôle Emploi de Bègles : « l’objectif de ces rendez-vous et réunions est d’apporter des informations, sur les différents accompagnements existants dans la création et le développement d’activité ainsi que le fonctionnement de la microentreprise», ajoute Géronimo Monteiro.

La MIE propose également aux entrepreneurs en devenir de tester leurs activités et de monter en compétences. La structure propose aux porteurs de projets d’être rattachés à la couveuse Anabase, qui prête son numéro d’identification SIRET afin qu’ils lancent leur l’activité en toute sécurité et ainsi, tester leur concept.

Si vous avez un projet de création de commerce ou de restaurant, «Boutique Starter » et « Resto Starter » rattachés à cette structure, vous serviront de lieux d’immersion entrepreneuriale.

Plus d’infos : ici et sur https://anabase-mie.org/ 

« Je me lance ! » : Témoignage de Marie-Christine, qui a lancé son activité de guide conférencière.

Témoignage

« J’ai toujours travaillé dans les domaines de l’animation socio-culturelle, de la culture et du tourisme. Diplômée dans chacun de ces secteurs, j’ai eu à travailler dans des centres de loisirs, des ludothèques, en collectivités, dans des établissements culturels et en Office de Tourisme, où j’ai pu développer une bonne connaissance du territoire », se présente Marie-Christine.

Après des années de salariat, elle a fait le choix de monter son auto-entreprise. En 2015, elle créé son activité mais le déploiement est long : « Bien qu’ayant choisi le statut d’auto-entrepreneur, elle n’arrivait pas à vivre de son activité. Son objectif en entrant dans le dispositif du PLIE des Graves était de lancer officiellement son projet, le développer et le structurer. Au fil de l’accompagnement, nous avons travaillé sur la prise de risques et le lâcher prise que cela induisait » détaille Narjès Dimassi, référente du PLIE des Graves au CCAS de Bègles.

En octobre 2017, Marie-Christine participe à une action de préparation à l’entretien d’embauche menée par l’organisme Odysseus : « Cela a été le tournant de mon parcours au sein du PLIE des Graves. Après avoir pris connaissance des réalités du marché de l’emploi dans mon secteur, le projet d’entrepreneuriat s’est confirmé à ce moment-là ».

Marie-Christine est guide conférencière et guide touristique. Elle propose des visites à la carte, créé et organise des circuits, du Bassin d’Arcachon aux routes des vins, de Bordeaux maritime aux sentiers périurbains.

« Elle a été mise en contact avec les Sources de Caudalie, situées sur la Communauté de Communes de Montesquieu et les Croisières Burdigala de Bordeaux. Elle a également adhéré au club d’entreprises B3E », ajoute Narjès Dimassi.

Marie-Christine propose également des prestations aux agences de voyage et offices de tourisme : « Lors de la Fête de la Morue, j’ai organisé un circuit de découverte de Bègles, pour immerger les visiteurs dans l’histoire et le patrimoine de la ville », conclut Marie-Christine.

Plus d’infos sur les circuits proposés : https://www.facebook.com/baladeurbainebordeauxbegles/

Initiation et découverte des métiers : de nouvelles actions sont organisées au PLIE des Graves.

Actions d'initiation

Une nouvelle action d’initiation et découverte des métiers a été organisée en cette rentrée 2018. Mutualisée avec le PLIE des Hauts de Garonne, l’action « Réussir son retour à l’emploi » a été menée par l’organisme de conseil en ressources humaines Espace Projet. Cette nouvelle session était réservée aux participants du PLIE des Graves âgés de plus de 45 ans, public rencontrant des difficultés spécifiques liés à leur âge.

« Sur la totalité des participants du PLIE des Graves que nous accompagnons, 42% ont plus de 45 ans, et un quart a plus de 50 ans. L’emploi chez les séniors est une vraie problématique. C’est pourquoi, nous avons souhaité apporter une réponse innovante à ce public touché par la discrimination liée à l’âge dans le cas de leur recherche d’emploi », présente Elisabeth Abrivat, responsable projet insertion au PLIE des Graves.

Une confiance retrouvée et une capacité de projection sur sa fin de carrière professionnelle étaient les objectifs identifiés par l’équipe du PLIE des Graves.

« Cette session a permis à des personnes de plus de 45 ans de se remobiliser dans l’emploi et d’être capable de se projeter. Retrouver une dynamique, se repositionner sur le troisième tiers de carrière et dépasser les clichés qui peuvent subsister aussi bien du côté des séniors eux-mêmes que des entreprises, étaient les enjeux de cette action », indique Nathalie Jevelot, psychologue du travail et consultante au sein d’Espace Projet.

Les séniors représentent une catégorie de demandeurs d’emploi souvent victime de discriminations de la part d’entreprises qui, en recherche de profils, orientent leur offre d’emploi vers un public plus jeune : « Les séniors ont un réel désir de transmission de compétences et de connaissances. C’est une population dynamique. La vision intergénérationnelle est très importante aujourd’hui, notamment dans l’entreprise, d’autant que l’âge de départ à la retraite a reculé », indique Nathalie Jevelot.

Les participants ayant assisté à l’action ont pu travailler sur leur projet professionnel et leur positionnement : « L’idée générale a été de mettre en avant les compétences de chacun. Cette analyse de parcours et de savoir-faire a permis aux participants de dégager des hypothèses de métiers possibles. Cela a confirmé ou élargi le champ des possibilités, des métiers et des secteurs d’activités. Les participants ont terminé l’action par un stage dans une entreprise qu’ils avaient ciblée, ou à défaut, par des entretiens conseils », détaille Nathalie Jevelot.

En parallèle du travail sur le projet, deux comédiens sont venus ponctuer les sessions. Des simulations de prises de contact directes et d’entretiens de recrutement, un grand travail sur la communication, la présentation de soi ont également été abordés. Une intervenante sophrologue est également intervenue sur la gestion du stress

Enfin, des intervenants extérieurs ont été conviés ponctuellement afin d’informer et de sensibiliser les participants sur des préoccupations qui leurs sont propres. Un intervenant du Club Athlétique Béglais est venu parler de sport, de bien-être et d’hygiène de vie. D’autres intervenants, de la CARSAT et de la CPAM, ont également fait un passage.

Sur la fin de l’année 2018, deux autres actions sont organisées.

En novembre, une nouvelle action d’initiation et découverte des métiers de la restauration collective sera mutualisée avec le PLIE des Hauts de Garonne. Animée par l’organisme de formation AFEC, elle alliera la théorie et la pratique tout du long afin de présenter les métiers et les conditions de travail, aborder les normes d’hygiène et sécurité (HACCP) et montrer les gestes techniques professionnels de base.

En décembre, démarrera une action d’initiation et découverte des métiers issus du secteur tertiaire de bureau. Mutualisée avec le PLIE de Bordeaux, cette action de positionnement aura pour objectif de permettre à des personnes ayant un projet ou une expérience dans ces métiers, de se plonger dans les réalités du marché de l’emploi. Elle permettra aux participants d’évaluer leurs compétences et d’analyser les pistes professionnelles possibles.

Portrait de Corinne Castaing, directrice de l’agence Pôle Emploi de Bègles.

Portrait de Corinne Castaing

En janvier 2018, Corinne Castaing a pris la direction de l’agence Pôle Emploi de Bègles.

Psychologue clinicienne de formation, elle a toujours travaillé dans la psychologie du travail et la psychologie sociale.

Après 7 années au sein de l’association ACRIP (Association Coordination Recherche Insertion Professionnelle), elle entre à l’ANPE et n’a cessé de gravir les échelons.

Découvrez son portrait !

Read more »

Bordeaux Euratlantique au service de l’emploi local.

OIN Euratlantique

Depuis le 1er août 2018, une action sur le développement de l’emploi dans le cadre de l’opération d’intérêt national (OIN) Bordeaux Atlantique a été lancée et pilotée par A.DE.L.E., dans le cadre du Service emploi.

En partenariat avec Bordeaux Métropole, et notamment sa Maison de l’Emploi, guichet unique pour les entreprises qui s’implantent sur les communes de Bègles, Bordeaux et Floirac, l’association A.DE.L.E. orchestre les relais d’informations relatives à l’emploi, sur son territoire. Le Service Emploi de Bègles collecte toutes les offres d’emploi disponibles, informe et accompagne les Béglais sur ces campagnes de recrutement et les implantations d’entreprises.

Depuis le printemps, c’est une centaine de recrutements qui sont à pourvoir sur le territoire de Bègles, dans les secteurs de la restauration, du téléconseil et de la garde d’enfants. L’OIN Bordeaux Euratlantique prévoit en effet l’arrivée de trois hôtels, trois crèches, un restaurant d’entreprises, un siège régional dans le secteur de la santé et bien sûr, à Bègles, l’ouverture de la Cité Numérique qui permettra la création de 1500 emplois.

« C’est un réel travail en partenariat avec la Maison de l’Emploi de Bordeaux qui se réalise. L’objectif est d’accompagner les entreprises du territoire – notamment celles qui s’installent à Bègles – dans leurs recrutements et pouvoir diffuser leurs offres d’emploi aux habitants afin que ceux-ci leurs profitent au maximum », indique Elodie Rumeau, chargée de relations-entreprises pour le PLIE des Graves sur la ville de Bègles.

À compter d’octobre, des permanences mobiles du Service Emploi sont organisées dans différents lieux de la ville de Bègles.

Ainsi, la ville de Bègles devrait connaître un développement économique inédit : près de 3000 emplois créés d’ici 2022 (+29% d’augmentation du volume d’emplois disponibles).